AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 panic in the garden ft. na wun

Aller en bas 
AuteurMessage
Wang Eun Ae
& DOWN

& DOWN
avatar

Pseudo : jay/juno.
Age IRL : 26
I'm also : nobody else.
Célébrité : la belle lee min jung.
Date d'inscription : 08/07/2012
Messages : 54

MessageSujet: panic in the garden ft. na wun    Sam 15 Sep - 14:18

Excédée. Ce fut le meilleur adjectif pour qualifier Eun Ae à ces instants. Le besoin d’être au calme se fit ressentir. Même son bureau ne semblait pas être parfait pour cela. Non. Ils la trouveraient facilement, ils viendraient encore la sollicité pour un oui ou pour un non. Cette tenue l’étriquait aussi. En conclusion, elle avait besoin de respirer sans être vue. Elle se faufila donc dans les couloirs du palais en toute discrétion. La sensation d’être une voleuse se faisait ressentir en elle. A tel point qu’elle rentrait dans son rôle de ninja allant jusqu’à se cacher derrière une plante verte trônant dans un des couloirs en voyant un de ces collègues. Peut-être ne la cherchait-il pas ? Peut-être était-il pressé à autre chose ? Dans tous les cas, il valait mieux prévenir que guérir. Cependant, elle avait beau passer inaperçue auprès de cette personne. Cela le fut autrement pour l’une des domestiques qui arriva derrière elle. Une main venant lui taponner l’épaule, Eun Ae frôla la crise cardiaque alors que son attention était posée ailleurs. Un regard alternatif entre la plante verte et la domestique, elle cherchait vainement une excuse pour justifier son comportement. Mais avant toute chose, elle se releva droite comme un i en repassant ses mains sur sa tenue, une remise en ordre capillaire. La diplomate prétexta être une véritable botaniste et s’intéressait à cette plante. Imitant une expression époustouflante, ce fut plus ridicule que crédible. Pourtant, la domestique s’en contenta et partit en l’observant d’une façon dès plus louche. A ce rythme là, tout le personnel vont la prendre pour une femme vraiment dérangée. Exagérément, elle soupira et reprit aussitôt sa route à la recherche d’un endroit apaisant.

Ce fut après quelques minutes de recherche qu’elle opta pour les serres. Ce n’était pas la première qu’elle y mettait les pieds et comme à chaque fois, elle se sentait davantage à l’aise dès les premiers pas dans ces lieux. Contrairement à ce qu’elle avait avancé à la domestique un peu plus tôt, elle n’était pas une grande botaniste. Néanmoins, cela ne l’empêchait pas d’apprécier la beauté des fleurs et plantes vertes. Un doux parfum se faisait sentir. Dans son avancée, elle trouva finalement un banc en pierre où s’installer. C’était vraiment calme. Eun Ae aurait le genre de femme à combler le vide en parlant mais pour cette fois, elle profita. Elle ferma les yeux. Oublier où elle était à cet instant, oublier comment et pourquoi elle était venue ici, elle voulait repartir à droite et à gauche comme dans le passé. Ne plus avoir d’attaches, ne plus avoir de responsabilités et de promesses à tenir envers quiconque, la diplomate souhaitait redevenir la globetrotteuse de son enfance. Cependant, il y avait Min Hyuk, son fils. Également, il y avait ses responsabilités de diplomate au palais. Comment avait-elle fait pour se mettre dans un tel pétrin ? Elle gémit en tapant frénétiquement des pieds à cette pensée et laissa tomber son buste sur ses jambes. La tête face au sol, elle n’essayait de ne plus être présentable, droite et professionnelle. Non. Dans le coin, il ne semblait même pas y avoir une mouche alors, elle en profita. Ses bras pendaient chaque cotés de son corps. Elle ressemblait à un pantin inanimé, à qui ils auraient coupé les fils.

Une poignée de minutes écoulées à rêvasser, Eun Ae se releva lentement. Elle farfouilla dans ses poches à la recherche d’un stylo et attacha à l’aveuglette ses cheveux. Cela allait faire une demi-heure qu’elle s’était coupée du rythme boulot-boulot. Mais là, il fallait y retourner. Ou pas. Elle eut du mal à motiver son retour à la paperasse. Puis, alors qu’elle s’était finalement relevé du banc, elle sentit quelque chose remontait son cou lentement. Par réflexe, elle posa sa main à l’endroit précis et frotta sa peau pour élever la sensation. Cependant, elle découvrit le responsable de cette impression. Une araignée. En revoir l’assurance et l’image bien sous tout rapports, Eun Ae hurla à cette découverte et frotta à nouveau, encore et encore, son cou. Au passage, elle retira sa veste en la frappant au sol, avant de la délaisser. Décoiffée, elle avait toujours la désagréable impression de l’avoir sur elle. Si il y avait bien une chose qui pouvait la mettre hors d’elle et l’effrayer au plus haut point ; c’était ces bestioles à huit pattes, aux nombres incalculable de yeux -qu’elle imaginait déjà l’observant- et poilues. Qu’importe la taille, elle agissait toujours ainsi. Son stylos tomba à terre, ses cheveux retombèrent eux sur ses épaules. Elle se secoua en espérant faire tomber toutes insectes non-identifiés. Lors de tous ce cirque, elle continuait d’appeler au secours. Seulement, peu à peu, le volume de ses plaintes s’abaissait. Et, pour finir ce spectacle comique et ridicule, elle ne fit pas attention où elle mettait les pieds et elle se trouva avec l’un de ses pieds en pleins la fontaine intérieure, les bordures étant peu élevées. Voilà. Il ne manquait plus que ça pour parfaire le tableau ...


Dernière édition par Wang Eun Ae le Mar 18 Sep - 9:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juno-faddyrobot.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: panic in the garden ft. na wun    Lun 17 Sep - 16:21

&
Panic in the garden

Jour après jour, Shik Na Wun enchaînait les petits boulots et autres tâches botaniques dans le jardin royale. Chaque journée se passait avec lenteur, et parfois un peu plus rapidement quand il était absorbé par sa travail. Mais finalement, elle se ressemblait toutes. Il finissait par faire le même genre de chose, voir les mêmes personnes et faire les mêmes chemins. De toute façon, même s'il le voulait, il ne pourrait pas changer ses habitudes. Voici longtemps qu'il n'était plus lui-même. Même changer complètement d'horizon ne l'avait pas transformé. Il était perdu, et n'était plus que l'ombre de lui-même. Ses proches, ses parents, ses amis avaient beau essayer de lui remonter le moral, rien n'y faisait. Pourtant, auparavant, il était si joyeux, souriant et attentionné. Où est-ce que tout cela était parti ? On ne le savait pas, mais on en connaissait la raison et depuis quand. Eun Mi... il ne pouvait plus rien faire sans elle. Comme si elle avait été sa source, son énergie. Même mieux, sa raison de vivre. Mais alors, pourquoi ne pas la rejoindre en quittant ce monde dépouillé de sa présence ? Parce que Na Wun ne savait pas ce qu'il y avait dans l'au-delà, si jamais il y avait vraiment quelque chose. Le paradis, le vide, il pouvait y avoir autant le premier que le deuxième. Personne ne pouvait savoir. Et le jeune homme ne voulait pas partir avec l'espoir de la voir si cela n'était pas vrai. Il en serait plus triste que jamais, s'il pouvait encore ressentir après avoir trépassé.

Ce jour-là, un jour X, un jour qu'il ne pouvait qualifier qu'avec son temps ou ses tâches particulières, il était de nouveau au palais. Bah, il valait mieux travailler que de ne rien faire chez lui après tout. Il n'y avait rien chez lui de toute façon. Un lit, une cuisine, une table, quelques plantes pour la compagnie ainsi qu'un tas de courrier. Mais vraiment rien que ça. Aucune décoration, ni rien. Juste quelques photographies de ses proches à la compagne et de sa Eun Mi. Ce lieu n'était en réalité pas vraiment sa maison, ou du moins il ne la considérait pas comme tel. C'était surtout une boîte, où sa tristesse reposait et gonflait un peu plus chaque jour. Et sa seule occupation à l'intérieur -sans citer le dodo et la cuisine-, c'était de pleurer la mort de sa fiancée. Mais cela faisait longtemps que le mot "pleurer" plus. Il avait tellement versé de larmes, que plus rien ne sortait. Mais il passait tout de même le reste de sa journée et contempler et revoir son visage heureux.
Quelque part, heureusement qu'il avait pris un travail. Parce que sinon, clairement, il n'aurait pas vécu bien plus longtemps que Eun Mi. Cela lui permettait au moins de sortir au soleil, de faire quelque chose de plus constructif. Et finalement, les plantes le consolaient un petit peu par jour. Leurs éclats lui permettaient de reprendre un peu vie. Et s'en occuper avait toujours été un plaisir, même aujourd'hui. Même si son humeur entachaient un peu le plaisir...

Le jeune jardinier était là depuis tôt le matin, le sommeil ne l'ayant pas rendu visite la nuit dernière, encore. Il avait donc pu voir le ciel rosie et ressentir la fraicheur du matin. Il avait pendant un moment jardiner dans la cour principale, sans avoir à craindre des coups de soleil. Mais rapidement, quand ce dernier est arrivé, Na Wun avait rapidement terminé son travail à l'extérieur pour se rendre dans les serres. Il n'y allait pas si souvent que ça, préférant l'air libre à l’atmosphère confinée. Cependant, les plantes à l'intérieur avaient besoin d'un peu de soin. Alors il fallait bien qu'il y aille cette fois.
Il avait plus ou moins fini son travail à ce moment-là, et se reposait tranquillement sur un banc de pierre quand un cri s'est élevé dans l'espace. Et ce n'était pas un cri d'un pigeon égaré. L'employé au palais aurait du être plus secoué que ça, mais cela faisait longtemps qu'il n'était plus très réceptif. Néanmoins intrigué, il se leva et alla à la rencontre de la jeune fille qu'il avait trouvé après quelques allés et venues sur les chemins de la serre. Elle avait l'air de se battre contre quelque chose, d'invisible ou de très minuscule et hurlait à tue-tête. Na Wun s’abstenait de l'aider. Elle n'avait pas l'air d'avoir vraiment besoin d'aide et il préférait éviter de se prendre un coup. Ce n'est qu'après qu'elle ait mis un pied dans la fontaine qu'il s'annonça. Il s'était mis en face de la demoiselle mais ne fit pas mine de faire beaucoup plus. Il ne faisait que demander.

« Vous faites beaucoup de bruit... Est-ce que vous avez besoin de mon aide ? »


Revenir en haut Aller en bas
Wang Eun Ae
& DOWN

& DOWN
avatar

Pseudo : jay/juno.
Age IRL : 26
I'm also : nobody else.
Célébrité : la belle lee min jung.
Date d'inscription : 08/07/2012
Messages : 54

MessageSujet: Re: panic in the garden ft. na wun    Mar 18 Sep - 16:30

Un immense palais, un nombre incalculable de pièces, des milliers de mètres carrés, une tripotée d’arbres et plantes en tout genre, il y avait en ces lieux : beaucoup d’endroits où il était facile de passer inaperçu. Mais non, pas pour elle, qu’importe la superficie ; elle trouvera toujours un truc pour être remarquée consciemment ou plus souvent, inconsciemment. Une bouche dégoute où coincer son talon, c’était pour elle. Un collègue qui explose sa cartouche d’encre dans son stylos, c’était pour elle. Une voiture qui roule dans une flaque d’eau et créant alors un réel raz-de-marée sur la chaussée, c’était pour elle. Boire comme un trou au point de ne plus se rappeler de la soirée et se réveiller un matin avec un inconnu ayant pris ses aises dans son appartement, c’était pour elle. Avoir un enfant alors qu’ils s’étaient protégés, c’était pour elle. Les pourcentages, elle n’y croyait plus lorsqu’il s’agissait de la vie d’un être humain. Un 0,00(…)001% de chance d’être victime. Si nous venons à l’être cette fameuse victime, nous penserons automatiquement avoir la guigne. Et, dans l’autre sens, nous semblons être les plus chanceux du monde. Cependant, la chance tourne et n’est jamais très constante. Alors, question malchance, la jeune diplomate se demandait bien : à quand le changement ? Sa période nervosité terminait, elle se stoppa une fois son pied dans l’eau. Ses yeux posaient sur cette dernière action, elle ne savait plus à qui s’en prendre. Soit à la personne ayant fait un muret si petit, soit à l’araignée, soit à elle, soit à une entité supérieur dont elle semblait être le passe-temps favoris, elle n’était pas croyante et pourtant, elle leva les yeux au ciel. En plus, elle adorait cette paire de chaussures. Comment allait-elle bien pouvoir repartir au travail dans un tel accoutrement ?

Son pied en main pour retirer sa chaussure mouillée, l’eau logé à l’intérieur se déversa dans la fontaine. C’est alors qu’elle s’exécuta que juste derrière elle, une voix brisa le silence. Elle sursauta en entendant quelqu’un. Elle s’était tellement habituée au silence -avant sa crise d’hystérie- et surtout, elle pensait tellement être seule dans cette serre.. Et voilà, ce jeune homme était un nouveau témoin de sa folie passagère. Pauvre de lui, il devait être tranquille en train de travailler dans la serre et elle était venue faire un bruit pas possible en criant à l’aide dans son lieu de travail. A supposer qu’il travaillait bien ici mais voyant ses vêtements et leurs états, il avait du travailler dans terres quelque temps auparavant. Bref. Elle grimaça avant d’afficher sur son visage une expression désolée. « Excusez-moi ... J’ai tendance à m’emporter lorsque je vois une araignée. Ah, c’est très embarrassant. Je suis vraiment désolée. En plus, j’ai du vous gêner pendant votre travail. » Ses mains se logèrent dans ses cheveux. Là haut, c’était aussi un désastre capillaire. Heureusement pour elle, il n’était pas difficile de les remettre en ordre et elle se priva aussitôt de rectifier cela. Son pied mouillé, elle n’osait le poser par terre. A propos du jeune jardinier, elle retira son attention de lui pour observer sa veste sur le sol. Et, si le monstre était encore logée dans sa veste ? D’un coté, elle devrait quitter les lieux pour ne plus enquiquiner le jardinier mais de l’autre, si elle était encore présente à l’intérieur, elle serait capable de faire un scandale dans une autre partie du palais. Dilemme. Puis, elle se rappela la demande prononcée du jeune homme. Certes, c’était une habituelle politesse pour faire bonne figure en temps normal. Mais Eun Ae ne voyait aucuns autres moyens pour s’en passer. « Est-ce que vous pourriez vérifier que le monst ... Hm, euh, je veux : l’araignée n’y est plus ? »

Suite à cette demande, elle s’approcha en parcourant à peine un mètre à cloche-pied. C’était peut-être un peu trop lui demander d’ajouter la possibilité d’avoir au moins un serviette ou encore mieux, un sèche-cheveux pour son pied mouillé et sa chaussure trempée. La jeune diplomate tentait entre temps de faire bonne figure, comme si de rien n’était. Seulement, son sourire avait beau être présent ; à l’intérieur, elle n’en était pas moins encore embarrassée de cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juno-faddyrobot.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: panic in the garden ft. na wun    Dim 30 Sep - 18:46

Il avait beau être là depuis quelques temps déjà, Na Wun ne connaissait pas la moitié du personnel, même pas un petit quart. Mis à part le roi et les princes existant, le reste ne le sonnait pas. Il ne pourrait même pas dire si telle ou telle personne travaillait au palais ou à l'extérieur. Cependant, dans ce cas dans les serres, le jardinier pouvait bien penser que la jeune femme faisait partie du personnel. Peu de personne pénétrait en ces lieux, et les seuls qui venaient étaient... eh bien lui et des employés cherchant calme et sérénité.
L'homme a la main verte n'avait jamais été proche du papier et autres paperasses. Il avait appris le strict minimum ayant un rapport avec l'administration et avait laissé ceci aux autres derrière lui. C'est vrai, il y en avait dans la pratique, et d'autres dans l'organisation et la logique. Na Wun avait beau être quelqu'un quelqu'un d'intelligent, dès qu'il s'agissait de quelque chose de peu concret, plus rien ne roulait. Je vous laisse deviner les situations où il se retrouvait devant une équation avec un x ne représentant rien de plus qu'un bête x écrit en noir sur feuille blanche. Dure étape pour lui. Cela devait être l'une des raisons pour laquelle il a pris un apprentissage en botanique plutôt que les études. Enfin, à l'époque -mais tout autant maintenant-, son avenir ne l'intéressait pas.

La jeune femme mouillée par endroit et joliment décoiffée accepta sa requête et lui demanda de vérifier si l'araignée était encore là ou non. Elle s'était rapprochée de lui à cloche-pied, prenant soin de ne pas poser à terre son pied dénudé. Na Wun avait pu noter son sourire crispé, mais n'en tira rien de plus. Cela ne l'intéressait pas plus que ça...
Le jeune homme attendit qu'elle se mette de dos, lui montrant l'endroit où la bestiole était. Constatant qu'il n'y avait bien plus rien en jetant un vague coup d'oeil, il déclara d'une voix plate « Non, c'est bon, il n'y a plus rien ». La peut-être employée eut l'air soulagée. Puis... eh bien blanc. Cela ne changeait jamais avec Na Wun. Jamais intéressé par rien, ne cherchait pas comprendre, ne voulait pas savoir. Répondre aux questions que l'on lui posait était presque l'une des seules choses à faire pour le faire parler. S'exprimant rarement, le fait qu'il intervienne pour proposer son aide à la jeune femme était une grande chose. Chose qui cassait sa routine habituelle. Na Wun savait bien aussi, qu'il posait souvent des vents, qu'il ne faisait que gêner les gens de son silence. Mais dorénavant il était comme ça, et il n'y pouvait plus rien.

Plantés l'un devant l'autre, le jardinier attendait un quelconque de la jeune femme. Partirait-elle ou lui poserait-elle des questions ? Il n'y avait pas beaucoup d'autres choses à faire dans ces situations... Ne se connaissant pas, ils ne pouvaient pas vraiment demander de leurs nouvelles. Et encore moins demander s'ils avaient quelque chose de beau. Enfin, peut-être qu'il était tombé sur une originale qui pourrait le faire bouger un peu. Un tout petit peu.


[HS Pardon pour l'attente T_T]
Revenir en haut Aller en bas
Wang Eun Ae
& DOWN

& DOWN
avatar

Pseudo : jay/juno.
Age IRL : 26
I'm also : nobody else.
Célébrité : la belle lee min jung.
Date d'inscription : 08/07/2012
Messages : 54

MessageSujet: Re: panic in the garden ft. na wun    Ven 12 Oct - 1:01

Le ridicule ne tue pas et c’était tant mieux pour elle. Le jeune garçon accepta de regarder dans sa veste, si l’araignée s’y trouvait encore. Ce jeune homme, auparavant, elle ne l’avait vu dans le palais. Surement n’était-il jamais entré souvent dans le palais et c’était seulement contenter de la beauté des jardins. En tous cas, il paraissait tout aussi taciturne que les habitants de cette bâtisse. Elle, qui aurait aimé trouver un dépaysement totalement par ici, elle retrouvait le même style de conduite parmi les plantes. Ou alors, il n’était pas si éveillé ou voir, hésitant à faire la causette à une folle dingue comme Eun Ae. Et, pour cette dernière éventualité, la diplomate ne lui en voudrait pas. En tous cas, il paraissait tout aussi reposant que l’environnement. Alors, de ce fait, elle se sentait coupable d’avoir mis un terme à ce calme olympien. Comme ils le disent si bien ; ce n’est pas la petite bête qui va manger la grosse. Pourtant, Eun Ae ne pouvait s’empêcher de partir d’en l’excès des hurlants et de toute une mise en scène, comme si elle se battait avec une personne invisible. Bref, elle reprit sa veste avec toujours cette expression gênée. « Je vous remercie. »

Un grand blanc se marqua entre les deux employés du palais. Eun Ae n’en était plus habituée. C’était étrange comme le vide dans une conversation pouvait la gêner. Dans ces cas là, les psychologues s’empressaient de justifier ça à la crainte face à la mort. Surement. Eun Ae n’était pas prête à rendre l’arme à gauche et elle souhaitait encore et encore profiter de cette vie, aussi chaotique soit-elle sentimentalement parlant. Avec cette peur de ces absences de bruit, elle chercha alors à les combler tant bien que mal, en demandant un énième service ; « Je vais vous embêter encore une fois mais ce sera la dernière fois ; auriez-vous une serviette ou quelque chose dans le même genre ? Ce serait pour essuyer mon pied. » Ses yeux se baissèrent sur le pied trempé. D’un autre coté, elle aurait pu aussi mettre les voiles et retourner à son travail pour le laisser en paix, en se dépatouillant autrement pour cette dernière réparation. Cependant, l’envie n’était pas présente. Autant pour le travail, mais aussi, ce jeune homme semblait beaucoup l’intriguer. Au point qu’elle prenne une poignée de minutes pour s’y intéresser. Qui sait, surement trouvera-t-elle en lui, un ami qu’elle pourra aller voir lors de ses excursions dans le palais. Parce que, à part les secrétaires en tous genre avec leurs responsable et les domestiques, Eun Ae n’avait personne avec qui s’évader et surtout un lieu, où elle pourrait le penser. Certes, ils n’allaient pas partir à droite et à gauche. Non. Elle souhaitait juste oublier le boulot sur son lieu de travail. Paradoxale, me direz-vous. C’était comme à l’école ; nous avons des camarades de n’importe classes, qui sont là, pendant le temps d’une récréation, pour vous faire digérer une mauvaise note, vous rassurer et au mieux, vous épauler dans les instants de saturations totales. D’un coté, surement fabulait-elle à imaginer cela avec ce jeune garçon ? De plus, il paraissait si peu enclin à engager la conversation avec elle.

« Au faite, comment vous appelez-vous ? »

hrp; aish. je m'excuse aussi pour le temps que j'ai mis à te répondre !!! ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juno-faddyrobot.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: panic in the garden ft. na wun    Ven 26 Oct - 19:05


Na Wun regardait ses pieds. Il attendait face à la jeune femme, qu'elle prenne une initiative. Il imaginait facilement cette créature filer en prétextant avoir du travail. Rajoutant le clopinement vu sa chaussure à la main. Cela aurait été une meilleure solution pour elle d'ailleurs. Discuter avec le jardinier du palais, ce n'était pas une partie de plaisir. Pourtant, elle lui demanda un service, s'il avait une serviette. Oui, non, peut-être ? Qu'aurait-elle préféré entendre ? "Oui bien sûr, laissez-moi chercher" ou "Non." ou encore mieux "J'sais pas." ? Vraiment, Na Wun n'en avait aucune idée, et répondre ainsi n'aurait pas été sympathique. Enfin, cela ne l'avait pas empêché de déclarer les faits « Je ne sais pas. Ce n'est pas ce dont j'ai besoin pour travailler. ».

Un blanc suivi. Encore. Pour ne pas changer les habitudes du jeune homme passionné des fleurs. L'employée -si ses vêtements correspondaient à ceci- lui demanda donc son nom. Et la réponse plate et vide de sens répondit « Shik Na Wun ». Sur le coup, s'il n'avait vraiment pas eu de conscience, il serait parti sans dire un mot. Encore que ça, même sans conscience, il l'aurait quand même fait. D'ailleurs, cela avait été son plan si une pensée envahissante ne lui était pas venue. "Tu ne rends pas la pareille ? Demande-lui comment elle s'appelle. Tu n'y perds rien.". Oui, c'était vrai, il ne risquait rien. Mais ouvrir la bouche lui coûtait, et sa tristesse continuelle ne l'aidait pas. Pourtant, il aurait voulu être sympathique, pouvoir être plus sociale. Même si Eun Mi n'était plus là. Juste plus sympathique.
C'était avec de monstrueux effort et énormément de temps qu'il réussit à rajouter « Et... vous ? ». C'était la première phrase qu'il faisait sans la demande de quelqu'un. Une véritable phrase qu'il avait fait seul, qui montrait un minium d'intérêt à l'autre.

Il faut dire actuellement, que c'était une victoire. Comme dit, habituellement, il serait simplement parti. Peut-être qu'un changement s'opérait. Il oubliait Eun Mi ? Non, jamais. Jamais il ne l'oublierait, elle le hantera toujours. Mais peut-être que sa tristesse passait mieux, peut-être qu'à force de vivre avec, voilà maintenant plusieurs années, il arrivait à s'en sortir, mieux qu'avant. Enfin, il doutait que cette question de deux mots de long avait un rapport avec un changement comportemental. C'était juste une coïncidence, un jour juste meilleur que les autres, où il n'y avait qu'un jour ainsi sur plusieurs années. Oui, pour le jardinier, il n'avait pas changé. Il était au même stade que le jour de l'accident, le même jour que tout soit fini.
N'en pouvant plus de toutes ces questions bouillonnants dans son esprit, de ces remises en question, il se précipita sur la première fleur venue. Celle-ci n'était pas située très loin, juste à trois pas de là où se trouvait Na Wun. Pourtant, il crut que cela lui avait pris une éternité à l'atteindre. Il s'empara d'un ciseau de jardinage, coupa avec les feuilles mortes. Il attrapa ensuite un bâton et le planta à côté de la plante, pour la solidifier. Oh, ainsi elle était mieux. Il semblait même qu'elle remerciait le jardinier. Soulagé d'avoir pratiqué quelque chose de connu, il soupira. Pourquoi devait-il vivre comme ça...


Pardon pour le temps TT Mon RP est pourri, j'arrive pas à avancer avec un perso pareil >>
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: panic in the garden ft. na wun    

Revenir en haut Aller en bas
 
panic in the garden ft. na wun
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: archives :: RPs-
Sauter vers: